Résidence

|2024|

Résidence

Madame

Histoire chantée des femmes de ma lignée

Compagnie du i

Duo clownesque pour violoncelliste et voix

Quand ?

Du 5 au 9 février 2024

Où ?

Colombier des Arts, Plainoiseau

Sortie de résidence

Vendredi 9 février 2024 à 18H30 – Colombier des Arts, Plainoiseau

Bénédicte approche de la quarantaine et se pose quelques questions. Elle invite sa grand-mère, Régine, pour un thé au milieu de son univers musical afin de mettre en perspective sa vie à elle avec celle de son aïeule.
Un violoncelle, un fauteuil, des gramophones, un ordinateur… Elle l’accueille dans un cocon aux airs à la fois surannés et contemporains, qu’elle souhaite propice à la confidence. Mais c’est sans compter sur la récalcitrance de Régine, l’épaisseur des carapaces qu’elle a construites autour de ses blessures.
Au fil de l’échange, grâce à la profondeur du violoncelle, des bribes de souvenirs enfouis refont tout de même surface : Régine, personnage à la fois clownesque et déchirant, revit ses 20, 30, 40 ans et les étapes qui ont jalonné sa vie de femme. Entre les mots, par la musique qui les lie plus qu’elle ne le pensait, Bénédicte découvre peu à peu la femme qui se cachait derrière l’image d’Epinal de sa mamie gâteau. D’autres figures de sa famille, croquignolesques, terribles ou attachantes, apparaissent en ricochet. Elle saisit alors progressivement des résonances entre ses empêchements et ceux de sa lignée, ses goûts, ses talents aussi.
Sous nos yeux, Bénédicte et Régine avancent en équilibre sur la corde sensible qui relie toutes ces femmes.
La petite discussion innocente autour d’un thé se transforme en véritable plongée dans l’histoire de la tribu à laquelle ces femmes appartiennent. Plus largement on assiste à la découverte du phénomène de redondance dans sa lignée et du changement de paradigme que cette prise de conscience peut provoquer. Cette traversée musicale, clownesque et dramatique leur permettra de se réapproprier leur chemin, leur joie, libérées du poids des loyautés, réconciliées avec leurs aspirations propres.
Bénédicte tisse, par les sons et les mots, son héritage de fille, de femme, inspirée par l’étoffe des femmes qui l’ont précédée mais réalisant la sienne propre, unique et personnelle.

La compagnie
Relever les petits riens qui font la beauté des liens humains
Depuis ses débuts, la Compagnie du i a toujours eu a coeur de relever les petits riens qui font la beauté des liens humains. Fondée en 2010 en Avignon par Mathilde Dromard et Sophie Rossano, la Compagnie du i a d’abord constitué un champ d’exploration pour des créations originales aux formes diverses allant de la déambulation de rue à l’intimité de théâtres en passant par des formes chantées, des cabarets insolites…
Au fil des différentes créations, elle a façonné une écriture intéressée par l’humain dans ce qu’il a d’intime, de vulnérable. Dans ce qu’il cache derrière le masque, qui fait sa maladresse, et tout son charme.
Théâtre et Clown
Faire preuve d’un grand sérieux dans l’usage de l’humour, plonger dans les profondeurs avec un certain recul : ces valeurs fondatrices du i sont rapidement enrichies par le clown. Sans nez rouge mais doté d’une démesure intérieure. Si la Compagnie du i aime faire appel à différents médiums, l’humour reste une constante. Parce qu’être en vie n’a rien d’évident, mais c’est si bon quand on peut rire de soi, de l’autre, avec tendresse.
Le jeu théâtral, la poésie, le chant, la musique font aussi partie des disciplines par lesquelles Mathilde aime creuser les questions existentielles qui la taraudent. Elle cultive cette polyvalence et convoque des artistes aux compétences variées selon les projets. Ainsi elle poursuit son exploration sur la condition, les relations humaines.
Sobriété et amour du détail
La ligne esthétique et scénographique du i reste sobre car c’est ce qui se joue pour les êtres en scène qui lui importe: un plateau quasiment nu, quelques accessoires, des lumières et costumes précis, évocateurs, qui permettent de situer un contexte, un point de départ. Laisser ensuite le champs libre à l’imaginaire et à la relation au spectateur.

Équipe
Avec : Mathilde Dromard, Veronika Soboljevski
Regard complice : Thibault Patain
Oreille complice : Cyril Douay
Arrangements et composition : Célyne Baudino
Création lumière : Michèle Milivojevic
Régie lumière : Michèle Milivojevic – Olivier Forma
Régie son : David Carrier
Costumes : Thibault Patain

Aide à la création
DRAC PACA . Région Sud . Conseil Départemental de Vaucluse . Mairie d’Avignon
Soutiens financiers
Adami . Spedidam (en cours)
Coproductions
Le Théâtre des Carmes (Avignon) . La Distillerie (Aubagne) . Le Théâtre dans les Vignes (Couffoulens 11)
Accueil en résidence
La Factory – Salle Tomasi (Avignon) . Le Colombier des Arts/l’InStand’Art (Bresse Haute Seille)
Production en cours