UN PEU D’HISTOIRE

2000
L’espace culturel « Le Colombier des Arts » commence à être rêvé et imaginé par Gérard Nicolas (alors maire de Plainoiseau) et son équipe municipale. Il a nécessité le travail de nombreux bénévoles, habitant.e.s de Plainoiseau et du territoire de la Haute-Seille

2012
La compagnie Pocket Théâtre s’y installe et propose une petite programmation, avec le soutien de la Commune de Plainoiseau, de la Communauté de communes des Coteaux de la Haute-Seille, du Conseil départemental du Jura, du Conseil régional de Franche-Comté et de la DRAC.
+ souvenir d’Anne-Marie
« C’était un moment très émouvant, un aboutissement, mais aussi un nouveau départ. Thierry avait dans la main un pot de fleur avec une graine qui allait germer. Magnifique ! Elle a beaucoup donné cette petite graine et elle donne encore. Bravo à celles et ceux qui continuent de l’arroser » Anne-Marie

Le souvenir d'Anne Marie

« C’était un moment très émouvant, un aboutissement, mais aussi un nouveau départ. Thierry avait dans la main un pot de fleur avec une graine qui allait germer. Magnifique ! Elle a beaucoup donné cette petite graine et elle donne encore. Bravo à celles et ceux qui continuent de l’arroser » Anne-Marie

2015
Une nouvelle association est créée par des habitant.e.s du territoire : L’Instand’Art. C’est elle qui porte à présent le projet de permanence artistique et culturelle de territoire. La compagnie Pocket Théâtre en assure le pilotage artistique.

2017
Du fait de la fusion des communautés de communes, le territoire d’action du Colombier des Arts, s’agrandit subitement. Historiquement basé en Haute-Seille, celui-ci embrasse alors également la Bresse jurassienne. Le champ des possibles est plus grand.

2019
La compagnie Pocket Théâtre quitte le projet du Colombier des Arts et l’InStand’Art prend son indépendance. Le pilotage artistique du projet du Colombier des Arts est alors totalement repris en main par le collectif d’animation et la coordinatrice salariée de l’association.

Le souvenir de Brigitte

Souvenir des premières heures de l’association, de la recherche d’un nom, les premiers CA, des commissions artistiques où l’on fait des choix, parfois des demi-choix… »entonnoir » oblige ! Ensuite, viennent les journées ateliers durant lesquelles on fabrique des dizaines de mètres de guirlandes, de fanions, des costumes…. Et puis, plus simplement, les marmites, les grandes salades et fougasses en tous genres m’ont régalée du plaisir que j’ai à cuisiner pour tous, artistes et bénévoles. Brigitte